description

Blog d'un médecin généraliste, chef de clinique universitaire:
« Guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours. » (Louis Pasteur)

dimanche 14 mai 2017

Dragi Webdo n°140: AINS, ostéoporose (reco US), gonarthrose, valvulopathies, cancer thyroïdien

Bonsoir! Merci à ceux qui se sont inscrit à la Newsletter! Normalement vous avez dû recevoir un mail pour ce billet dans les 24h suivant sa publication. Ceux se sont inscrits et n'ont pas reçu ce billet par mail, il est probable que votre compte n'ai pas été activé car il faut valider votre inscription: vous avez du recevoir un mail demandant de confirmer votre inscription après avoir entré votre mail, donc vérifiez vos spams ou renouvelez l'opération en entrant votre mail en haut à droite de la page, juste sous le "abonnez vous!" puis en cliquant sur "submit"! Et si vous avez des soucis (en rapport avec l'inscription, hein...) contactez moi en commentaire ou sur Twitter.
Bonne lecture!

1/ Pharmacovigilance

Une nouvelle étude publié dans le BMJ a retrouvé un sur-risque d'infarctus du myocarde chez les patients consommant des AINS. L'augmentation était présente dès la première semaine d'utilisation et maximale durant le premier mois d'utilisation et avec les plus fortes doses. Une fois encore, dans cette étude le Celecoxib semble moins dangereux que le Naproxène et l'Ibuprofène, mais l'effet cardiovasculaire le plus élevé est présent pour le Rofecoxib. Ainsi, on peut se demander si l'effet cardiovasculaire des coxib est bien un effet de classe ou s'il est limité à certaines molécules dont le celecoxib ne fait pas partie: c'est la 3ème grande étude  (ici  et ici pour les autres) retrouvant un moindre risque avec le Celecoxib... une belle méta-analyse serait bienvenue pour s'assurer de l'absence de biais de sélection des articles qui présentent le Celecoxib comme une molécule rassurante au niveau cardiovasculaire.

2/ Rhumatologie

L'académie de médecine américaine a publié des recommandations sur la prise en charge de l'ostéoporose. Dans les principaux points, on trouve que le traitement doit être mené durant 5 ans avant une réévaluation par ostéodensitométrie (et pas avant 5 ans) et que ni les traitements estroprogestatifs ni le raloxifène ne sont recommandés dans le traitement de l'ostéoporose. La seule recommandation de haut niveau de preuve concerne les molécules avec un bénéfice clinique sur les fractures vertébrales et de hanche (mais la reco ne précise pas si c'est en prévention primaire ou secondaire): alendronate, ridendronate, acide zoledronique et denozumab. Les auteurs ne statuent pas non plus sur la supplémentation calcique/vitamine D car les bénéfices et risques sont incertains et divergeant selon les études.

Dans la lignée des outils d'aide à la décision, un article du BMJ met en balance le traitements chirurgical par arthroscopie et le traitement conservateur de la gonarthrose. Les auteurs se positionnent contre le traitement arthroscopique de la gonarthrose, mais il est dommage que le traitement par prothèse de genou n'ait pas été évalué en parallèle.


3/ Cardiovasculaire

Un très rapide point sur des recommandations sur la prise en charge des valvulopathies. L'article est plutôt réservé aux spécialistes mais il est intéressant pour les généralistes de savoir qu'en cas de valvulopathie traitée par remplacement valvulaire transcutané, il est recommandé de faire un traitement prophylactique anti-endocardite en cas de geste dentaire.


4/ Endocrinologie

L'USPSTF (HAS américaine) s'est prononcée contre le dépistage de cancers de la thyroïde chez les patients asymptomatique. En effet, le problème de surdiagnostics de cancer thyroïdiens a été repéré depuis quelques temps et les sur-traitements ne sont pas rares (on en avait déjà parlé ici).


C'est tout pour ce court Dragi Webdo qui était particulièrement axé sur des recos américaines. Malheureusement, en France, le temps de réactions des sociétés savantes face aux données de la littérature semble plus long... 
L'article hors catégorie de la semaine concerne la restauration des fonctions cognitives chez les souries âgées! Des chercheurs ont retrouvé une amélioration des fonctions cognitives des souris agées sous faible dose de THC! Chez les souris plus jeunes, l'effet délétère connu du THC était lui aussi retrouvé, alors, ne vous emballez pas! (Reste à définir clairement l'état de démence sénile chez une souris...)
Bonne soirée!

@Dr_Agibus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire